Les hallebardiers


Ces soldats du 16e siècle marchent dans le cortège depuis 1877 et escortent le char des Etats provinciaux depuis 1885.

Le groupe est constitué de 22 figurants, ils sont présent le samedi et le dimanche de la ducasse.

Le corps militaire

À la fin du Moyen Âge, la rapine est de mise sur les terrains d'opérations, la soldatesque étant sous-rémunérée. Des corps militairement structurés, dont des hallebardiers, se désolidarisent vers la fin du XVIe siècle des pouvoirs féodaux et optent en fin de cause pour le mercenariat, afin de conserver leur honneur et ne pas piller.

Les hallebardiers sont reconnus pour leur bravoure sur le terrain. Fantassins, ils peuvent se battre sur deux objectifs :

  • Désarçonner les cavaliers
  • Faire face à l'infanterie

Ceci leur est possible grâce à leur arme, la hallebarde. Originaire de Suisse, dans le Moyen Âge.
Les hallebardiers se comptent parmi les Suisses et les Espagnols, principalement en Flandres.

Les hallebardiers en France

Au XVIIe siècle, Mons fut assiégée par les troupes françaises de Louis XIV.

C'est à cette époque que des régiments de Suisses se mirent au service de la France sous les noms de « Régiments Suisses au service de la France », « Cent-Suisses » et « les Gardes Suisses ». Dans les faits, il s'agissait d'hallebardiers.

Ces troupes étaient chargées de la protection du roi, de la garde de ses palais et étaient dépositaires des sceaux du roi et gardiennes des joyaux de la Couronne de France. Leur devise, inscrite sur leur drapeau, était « ea est fiducia gentis », « telle est la fidélité de ceux de cette nation ». Une fois « en ville », le roi avait pour habitude de mettre une partie de ses gardes au service de la ville (afin d'éviter les vols dans les églises, etc.).

Le hallebardier était réputé extrêmement dévoué, au caractère entier.

La hallebarde sera supplantée par d'autres armes et, jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, ne subsisteront plus que des unités payées par l'Église pour défendre les biens religieux.

 

Source : Ville d'Ath, Wikipedia
Photo : Ville d'Ath