La garde de Goliath


Cinq personnages accompagnent Goliath et son épouse, ils assurent le service d’ordre autour du couple.

Les chevaux Diricq

Son origine vient du cheval-jupon qui est un élément traditionnel des processions et cortèges dans le folklore de nombreux pays.

En tant qu'accessoire de déguisement, le cheval jupon traditionnel est une carcasse creuse, figurant la partie supérieure du corps d'un petit cheval, percée à l'emplacement de la selle, d'une ouverture dans laquelle vient s'emboîter un cavalier dont les jambes sont masquées par une bande d'étoffe formant caparaçon. Très souvent harnaché, le cheval porte parfois deux jambes postiches qui paraissent être celles du cavalier. En tant que type de déguisement, le cheval jupon est l'être hybride que devient l'homme dès qu'il s'est emboîté dans l'accessoire décrit ci-dessus.

Le Moyen Âge connaissait déjà le Cheval Jupon puisqu'on le retrouve dans le midi de la France en compagnie de la Tarasque. A Douai, on en trouve des traces dès le XVIIe siècle sous la dénomination "Sot dé Canonié" et il est évoqué comme "Petit Cavallié" en 1700. On pensait jadis qu'il s'agissait d'une parodie des tournois. Les avis actuels sont partagés ; certains y voit la volonté de domestication du cheval par l'homme, d'autres y voit une allusion à un vieux mythe où un homme revêtu d'une peau de cheval, coiffé d'une tête, symboliserait une union rituelle. Et il vient bien souvent à l'esprit l'image du Centaure ...

Les hommes de feuilles.

Les deux hommes de feuilles sont attestés depuis 1749., ils sont inspirés de l'image que les différents conquérants se faisaient des peuples vivant en pleine forêt. Les Hommes de Feuilles portent un costume recouvert de plus de 2.000 véritables feuilles de lierre.

Le diable Magnon.

Emmanuel Fourdin situe, sans preuves, l'apparition du diable athois au début du XVIIe siècle, en même temps que celle des chevaux Diricq et des hommes sauvages. Il place leur résurgence commune au début du XIXe siècle. Cependant, le programme de 1809, auquel il se réfère, ne les reprend pas. Le personnage est surnommé « Magnon » depuis 1858, sobriquet du figurant de l'époque. Le nom est resté. Magnon est armé d'une vessie de porc dont il se sert pour faire reculer la foule au passage des géants.

 

Source : Ville d'Ath, Wikipedia
Photo : Rénovation du cortège